Le CHEMIN de FER......

Le Lendemain, à dix heures du soir, je sautai sur le quai de la gare de Moux; j'aspirai avec délices l'air natal; à la vérité cet air était une bise âpre et froide qui soufflait du côté de la montagne noire. Elle me parut plus douce que la plus légère brise d'été. Les carnets de guerre de Louis Barthas, Tonnelier

 

 

 

Moux la Gare .

Idéalement situé dans le couloir Aude / Garonne, entre Bordeaux et Sète, abrité des éventuels débordements du fleuve, Moux a toujours été un relais de communication. La famille Thèron, Maître du relais de poste de Moux conserva pendant des siècles cette charge, assurant la continuité du service postal et voyageurs sur le chemin français. Cette voie sera remplacée par le chemin de fer vers 1854. Actuellement, la grande ligne Bordeaux Sète reste la seule grande transversale du réseau français vraiment homogène, la seule qui soit restée en dehors du système centralisateur de la capitale. Sur l'inspiration de l'ingénieur Colomès de Jullian, le toulousain Arzac présentera en 1838 devant la Chambre, un recueil d'observations sur la " nécessité de substituer un chemin de fer au projet du canal latéral à la Garonne". La loi du 11 juin 1842 classait ce projet dans les priorités des lignes à réaliser (Bordeaux Toulouse Marseille).Le Ministère des Travaux Publics déposait le 14 juin 1845 un projet de loi l'autorisant à procéder à la concession de la ligne. Le projet vint en discussion à la Chambre en avril 1846, et fut rendu exécutoire le 21 juin de la même année (!)


Après de nombreuses péripéties, -les sociétés qui souhaitaient prendre l'adjudication voulaient à la fois la gestion du canal et du chemin de Fer- les frères PEREIRE entrent en jeu. Isaac et Emile fondaient le Crédit Mobilier en 1852, par cette approche novatrice dans l'aide au financement de l'industrie, ils vont créer le chemin de Fer du Midi. Ils sollicitent donc la concession de la ligne de chemin de fer de Bordeaux à Cette et à Bayonne et de Narbonne à Perpignan. Ils exigent en outre que leur soit livré gratuitement la concession du Canal du Midi, une subvention de 40 millions de francs, une garantie d'intérêts de 4% pendant 50 ans (sur les actions et obligations) et une durée de concession de 99 ans.

Le projet de loi fut déposé le 18 juin 1852 voté à l'unanimité et ratifié par le chef de l'état. Les Saints Simoniens étaient en force dans le conseil d'administration.

Le chemin de fer de Bordeaux à Cette se composait de six sections pour une longueur totale de 481 Km La Compagnie était autorisée à ne déposer qu'une seule voie, "jusqu'au moment où le développement de la circulation nécessiterait la pose de la seconde voie". Le conseil d'administration prévoyait la fin des travaux pour 1855 !

Dès 1853, la compagnie passait commande de 31 000 tonnes de rails à Aubin, Decazeville et Commentry, la livraison devant être terminée en 1856. Mais les forges françaises, surchargées de commandes ne pouvaient assurer un tel calendrier, Perreire dut menacer d'interrompre les travaux. Il obtint le 18 Novembre 1854, l'importation de 21 000 tonnes de rails Barlow et Brunel. Leur emploi conduira à de graves problèmes, le matériel étant inadapté. Les ouvrages d'art étaient importants, le pont sur la Garonne à Langon, le pont d'Aiguillon sur le Lot, le pont de Moissac sur le Tarn, sur l'Aude à Carcassonne ainsi que le tunnel de Berriac (400m), ensuite le pont sur l'Orb, le tunnel du Malpas sous le canal du Midi. Le 27 mai 1855 la gare St Jean de Bordeaux est ouverte. Les ouvrages d'art sont réceptionnés en janvier 1857. La ligne entière longue de 476 Km était terminée à cette date et 18 mois plutôt que la date fixée par le cahier des charges. Elle avait été ouverte par sections aux dates ci-après : 31 Mai 1855 Bordeaux Langon 42 Km -4 décembre Langon Tonneins 54 Km -29 mai 1856 Tonneins Val d'Agen 65Km 30 août Val d'Agen Toulouse 96 Km -19 janvier 1857 Béziers Cette 44 Km -22 avril 1857 Toulouse Béziers 175 km

L'inauguration eut lieu le 22 avril 1857 de la jonction du chemin de fer reliant l'Océan à la Méditerranée. Deux trains, présidés chacun MM Emile et Isaac Pereire partirent, l'un de Bordeaux, l'autre de Cette se rejoignirent à Toulouse à l'heure fixée, les deux frères descendant des locomotives de chaque train, par une inspiration spontanée se jetèrent dans les bras l'un de l'autre, aux yeux d'une foule émue. Mais les frères Pereire ne trouvèrent pas dans le port ce Cette le débouché commercial à l'établissement d'un réseau international, voulant pousser jusqu'à Marseille, ils se heurtèrent à Talabot, promoteur du PLM, appuyé par Rothschild et la Société Générale. En arbitrant le conflit des deux entrepreneurs, Rouher, au nom de l'état reprit la main et obtint des concessions des deux parties, le gouvernement venait de gagner la partie.

Jean Lebrau dans "Images de Moux": Sur la page d'un vieux dictionnaire, mon grand père avait consigné en une ronde impressionnante, ceci "la locomotive est passée à Moux pour la première fois le 18 fèvrier de l'année 1857 à 9 heures du matin et à 3 heures de demie du soir".

A noter qu'un enfant de Moux, René Deville, Polytechnicien et d'Ingénieur principal à la SNCF, présenta en 1938 le projet de loi relatif à l'unification de l'écartement des rails qui prévaut aujourd'hui, 1,435 m (4ft 8in1/2), il fut en outre l'inventeur de procédés techniques pour la maintenance du réseau ferroviaire.

Extrait du Chaix de 1938, qui peut être considéré comme l'age d'or du Chemin de Fer, la voiture n'ayant pas encore développé son emprise sur les transports et les loisirs :

Moux est mentionné avec une buvette-Le changement vers la ligne de Caunes implique un arrêt plus conséquent qu'aux autres stations :
l'Express 119 Paris/Nimes 5h52/5h55 -
l'omnibus 3033 Bordeaux/Toulon 11h4/11h6 -
Le Rapide 77 Paris Port-Bou 10h16 / 10h17 -
L'Express 103 Bordeaux/Nice 14h58/14h59 -
l'omnibus 3039 Toulouse/Sète 17h46/17h48 -
Express 109 Bordeaux/Genève 20h12/20h13 -
Ceci, dans le sens Toulouse/Narbonne, les trains Narbonne/Toulouse, passant à peut près aux mêmes horaires.

La ligne de Caunes :
Départ de Moux 6 h23-11 h18 -17 h52,
Arrivées à Moux 5 h50 -10 h06- 16 h42

La Ligne de Chemin de Fer de Caunes à Moux: Cette courte ligne de 28 km en voie unique concédée à la Compagnie du Midi le 14 décembre 1875, résultait de la convention entre cette compagnie et l'état pour l'ensemble d'un réseau de 640 Km Elle avait été demandée avec la ligne de Bize par les viticulteurs du Minervois pour assurer le transport des vins. Les débats à la chambre, engagés le 13 juillet 1875 rejetèrent dans un premier temps ce projet. Le 14 décembre, les députés Bonnel et Marcou demandaient une ligne Carcassonne/Caunes et Narbonne/Bize. La première ligne fut admise, mais au départ de Moux. Les enquêtes pour l'acquisition des terrains débutèrent en 1879 et furent terminées en 1881. Les travaux furent entamés dès lors. La ligne fut réceptionnée le 30 juin 1887 et ouverte à l'exploitation le 4 juillet. Quelques ouvrages d'art entre Moux et Caunes un pont sur le ruisseau du Malpas 25m, le pont sur l'Aude 188m, entre La redorte et Puichéric sur le canal du Midi 20m, entre Azille et Rieux un pont sur l'Argent Double (les Archives précisent un pont double sur l'Argent!) 25m, avant Caunes, un pont sur les Lavandières 25m.

La station de Moux est à la côte 372,5 celle de Caunes à 400,1.

La ligne a été fermée au trafic voyageurs le 18 Avril 1939. Elle est restée ouverte au trafic marchandises jusqu'en 1962 et totalement fermée en 1965. Enfant, je me souviens de la motrice qui tractait quelques foudres et Wagons, était un diesel (Draisienne ?).

Dans la période d'avant-guerre, il y eut jusqu'à 32 employés à la Gare, outre la buvette, il y avait une librairie, les cheminots en transit logeaient au bâtiment jouxtant la gare. Les établissements Lachaud (commerce de vins) avaient un embranchement direct à leur chai.